Projet à Romainville/Bobigny : la CNDP opte pour une concertation préalable accompagnée par un garant

Date : 04/01/2017

Sollicitée en décembre 2016 par le Syctom sur le nouveau projet de centre de traitement de déchets à Romainville/Bobigny, la Commission nationale du débat public a décidé le 4 janvier 2017 de l’organisation d’une concertation préalable. Elle définira les modalités de la concertation et en confiera l’organisation au Syctom. Elle a en outre désigné Jacques Roudier comme garant de cette concertation.

Le Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers a, lors de la dernière réunion de son Comité syndical, relancé la réflexion sur la transformation du centre de traitement des déchets ménagers à Romainville / Bobigny en se prononçant en faveur de la saisine de la Commission nationale du débat public.

Le projet vise à adapter le centre existant aux besoins du quart nord-est du territoire métropolitain en matière de traitement des déchets et à répondre à l’objectif du Syctom de mettre fin à la mise en décharge des ordures ménagères. A ce titre, le projet prévoit notamment d’augmenter la capacité du centre de tri de collecte sélective multimatériaux, d’accueillir les biodéchets dont une partie du gisement sera transformée en compost et de recourir massivement au transport fluvial afin de réduire le trafic de poids lourds et d’améliorer la circulation sur les voiries de proximité. Une attention particulière sera portée au traitement architectural et à l’intégration urbaine de la future installation.

La CNDP, « considérant que ce projet s’inscrit dans la stratégie globale du Syctom, qu’il répond aux enjeux régionaux en matière de gestion des déchets ménagers et de développement de l’économie circulaire définis par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, qu’il présente des enjeux sociaux et économiques à l’échelle du territoire local et que ses impacts sur l’environnement et l’aménagement du territoire local sont significatifs », a décidé le 4 janvier 2017 qu’il n’y avait pas lieu d’organiser un débat public, mais une concertation préalable, dont elle définira les modalités et en confie l’organisation au Syctom sous l’égide d’un garant, Monsieur Jacques Roudier.

Cette décision de la CNDP est une étape importante du projet, qui va permettre au Syctom de poursuivre le calendrier prévu, avec un objectif de mise en service de la nouvelle installation en 2023.