Valorisation énergétique

Les centres d'incinération produisent de l’énergie verte, vapeur et électricité, issue de la combustion des ordures ménagères résiduelles.). Avec le développement de filières de traitement adaptées à la fraction organique, une nouvelle filière de production d’énergie verra le jour avec la valorisation énergétique du biogaz issu de la méthanisation.

Des ordures ménagères transformées en énergie

Dans les trois centres de valorisation énergétique du Syctom, la chaleur dégagée par l’incinération des déchets est transformée en vapeur et en électricité.

  • L’électricité sert les besoins de l’usine, garantissant son autosuffisance énergétique, le surplus est revendu à EDF.
  • La vapeur permet d’alimenter les réseaux de chauffage urbain de la CPCU (Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain) à hauteur de 47% de ses besoins pour chauffer et fournir en eau chaude sanitaire des logements et équipements publics.

La revente de vapeur et d’électricité rapporte en 2015 plus de 46 millions d’euros.

Le Syctom travaille sans cesse à optimiser le rendement énergétique de ses installations. C’est le cas
à Saint-Ouen par exemple avec le projet de traitement sec des fumées

Les résidus de l’incinération utilisés comme matériaux

Les mâchefers et les ferrailles issus de l’incinération sont eux aussi valorisés. Les ferrailles sont recyclées dans la sidérurgie et les mâchefers revendus principalement comme matériaux pour les travaux publics. Leur revente représente 3,5 millions d’euros en 2015.

La méthanisation de la fraction organique des déchets, une nouvelle source d’énergie

Le Syctom étudie avec le SIAAP (service public de l’assainissement francilien) la possibilité de mutualiser leurs moyens en traitant les boues d’épuration et la fraction organique résiduelle issue du tri des ordures ménagères. Le biométhane produit serait ensuite injecté dans le réseau de gaz naturel. Une procédure de partenariat d’innovation a ainsi été lancée en octobre 2016, suite à la signature d’une convention de coopération entre les deux syndicats.

Parallèlement les expérimentations de tri à la source des biodéchets se multiplient sur le territoire : marchés alimentaires, restaurations collectives, particuliers. Le Syctom cherche à développer les solutions de traitement par méthanisation de ce type de déchets. C’est l’objet du partenariat signé avec le SIGEIF, GrDF et d’autres partenaires institutionnels.

Pierre HIRZTBERGER, Directeur général des Services techniques au Syctom Interview réalisée en décembre 2015 à la COP 21

  • 61%

    des déchets valorisés en vapeur et électricité

  • 300 000

    équivalents-logement alimentés en chaleur

  • 2025

    date limite imposée par la loi de transition énergétique pour généraliser le tri à la source des biodéchets

Les ordures ménagères et les biodéchets produisent aujourd’hui de l’énergie verte. Découvrez comment.

Voir les animations :