Grèves de janvier-février 2020, l’heure est au bilan

Date : 27/02/2020

65 000 tonnes de déchets enfouies et un surcoût global de 14,2 M€, c’est en deux chiffres le bilan de l’épisode vécu par le Syctom en janvier et février.

Ces 2 derniers mois, le Syctom a fait face à un mouvement exceptionnel et inédit dans son histoire. L’heure est maintenant au bilan et il est dramatique :

D’une part, sur le plan environnemental :                                                                                                                                                                                            

  • 92 000 tonnes d’ordures ménagères résiduelles n’ont pu être incinérées dans les Unités de Valorisation Energétique (UVE) du Syctom de début janvier à mi-février. Ces tonnes ont été orientées vers d’autres UVE, mais près de 65 000 tonnes de ces déchets ont dû être enfouies et donc, non valorisées.
  • Jusqu’à 200 gros porteurs par jour ont été nécessaires pour acheminer les déchets ne pouvant être traités dans les centres du Syctom, avec les conséquences connues en termes de pollution et de densification inutile de la circulation.
  • 283 000 tonnes de vapeur (soit l’équivalent du chauffage annuel de 27 500 logements de 70 m²) n’ont pu être livrées à la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain, qui a dû recourir à des énergies fossiles pour assurer la continuité du service, soit 20 000 tep (tonnes équivalent pétrole).

D’autre part, sur le bilan financier puisque le surcoût global s’élève à 14,2 M€ réparti comme suit :

  • Les dépenses liées au traitement des déchets ont augmenté de 7,6 M€ : 92 000 tonnes de déchets ont été traitées à l’extérieur pour 8,7 M€  auxquels il faut ajouter 0,9 M€ pour le transport. Le coût de traitement alternatif s’établit donc à 9,6 M€ pondéré de non dépenses liées à l’activité (taxes et autres traitements de sous-produits issus de l’incinération) pour 2 M€
  • Dans le même temps, les recettes ont diminué de 6,6 M€ : pertes liées à l’absence de vente de vapeur et de matière (1600 tonnes de métaux)

Le Syctom a d’ores et déjà engagé procédures et négociations pour que les conséquences financières d’un conflit aux motivations qui lui sont extérieures soient partagées. Cependant, garant de l’argent public, le Syctom met tout en œuvre pour assurer l’équilibre du budget 2020.