La captation et la valorisation du CO2 des fumées d’incinération

Date : 10/05/2021

Pour capter et valoriser efficacement le CO2 des fumées, le Syctom a lancé un ambitieux programme international de R&D depuis 2016. L’objectif est d’utiliser le CO2 des fumées pour faire croître des algues. Elles seront ensuite transformées en biomatériau comme le bioplastique. En phase d’études techniques et économiques, le projet devrait être expérimenté dans le centre de valorisation énergétique à Saint-Ouen-sur-Seine. 

Valoriser le CO2 des fumées d’incinération des déchets : une idée innovante

Ce programme innovant vise à valoriser le CO2 des fumées d’incinération par la production de biomatériaux (bioplastiques) et de biocarburants. Ce procédé permet également de réduire les émissions en carbone d'une unité de valorisation énergétique comme l’Etoile Verte à Saint-Ouen-sur Seine.

Le Syctom finance ce programme de R&D et le site de l’UVE à Saint-Ouen fera office de pilote pour les expérimentations et les tests grandeur nature, avant un possible déploiement industriel de cette technologie à fort potentiel de développement. 

Ainsi, l’Etoile verte sera la toute première installation européenne à utiliser ce procédé de captage et de valorisation du CO2, un procédé prometteur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Un consortium de recherche international

Pour travailler sur ce projet de captation et de valorisation du CO2 des fumées, le Syctom s’appuie depuis 2016 sur un consortium de recherche international coordonné par SETEC Environnement. Il regroupe l’École Polytechnique de Montréal, MINES ParisTech, l’Institut Royal de Technologie de Stockholm (KTH), l'Université d'Alméria (Espagne) et Sveriges Tekniska Forskningsinstitut (Suède).

Quelques chiffres

  • Le Syctom rejette environ 2 000 000 tonnes CO2 /an*
  • Les microalgues ont une capacité de fixation du CO2 de 10 à 50 fois plus importante que celle des plantes terrestres.
  • Pour 1 tonne de biomasse produite, jusqu’à 2 tonnes de CO2 sont naturellement captées lors de la croissance des algues.

* Les chiffres indiqués ici sont les quantités totales de CO2 fossiles et de CO2 biogéniques émises par les installations. Les bilans carbones officiels du Syctom ne mentionnent quant-à-eux que les quantités de CO2 fossiles

A l’échelle industrielle, une telle filière apporterait des contributions à l’atteinte de plusieurs objectifs de Développement Durable.