Le Syctom lance le plan d'actions « Grand défi »

Date : 04/07/2019

Le Syctom lance un « Grand défi » aux acteurs franciliens des déchets : celui d’améliorer le tri et de diminuer le volume des déchets ménagers.

Ce Grand défi propose 35 actions visant à prévenir, sensibiliser et éduquer l’ensemble des parties prenantes à la question des déchets, des producteurs aux consommateurs, sans faire porter toute la responsabilité aux citoyens. Cette démarche collaborative est une première.

Pour enrayer la production de déchets ménagers et la stagnation du tri sur un territoire qui compte 85 communes d’Ile-de-France, il est nécessaire d’engager une action forte et durable. Pour répondre à cette urgence, le Syctom, qui traite les déchets ménagers de 6 millions d’habitants (10% de la population française), lance un « Grand défi » à l’ensemble des acteurs des déchets, des metteurs sur le marché aux citoyens-consommateurs en passant par les élus et le monde associatif.

Cette responsabilité ne peut reposer entièrement sur les usagers : « L’heure n’est plus à la culpabilisation des citoyens, nous devons agir en amont en sensibilisant tous les acteurs via un ensemble d’actions collectives », ont rappelé ce matin Jacques Gautier et Martial Lorenzo, respectivement Président et Directeur général du Syctom, lors d’une conférence de presse. « Actuellement, presque 60% de la poubelle d’ordures ménagères résiduelles pourraient idéalement être valorisés ; la moitié concerne les déchets alimentaires, l’autre les emballages recyclables » précisent-ils.

Cette initiative du Syctom rentre dans le cadre de la mission de coordination que lui ont confié l’Etat et le Conseil Régional d’Ile-de-France (PRPGD) en juin dernier.

Un programme d’actions préventives pour tous

Ce Grand défi propose ainsi des actions très concrètes à très court, court, moyen et long terme qui ont été soumises au vote des élus du Syctom le 27 juin dernier. Après un semestre de travail collectif, 187 acteurs concernés par la gestion des déchets du territoire – EPT, communes, Région, associations, représentants de producteurs ménagers ou de gros producteurs, acteurs du traitement – ont œuvré pour aboutir à 203 préconisations, traduites en un programme de 35 actions. Parmi elles, figurent des actions d’éducation, de formation, de communication et de plaidoyer, qui ont notamment pour but de :

  • Développer l’information des jeunes sur la prévention des déchets (dans les milieux scolaire et périscolaire) ;
  • Renforcer le dispositif d’éco-animateurs et d’ambassadeurs du tri : 300 personnes seront mobilisées en 2021, 600 en 2025 (1 pour 10 000 habitants) ;
  • Modifier la gouvernance des éco-organismes afin que les collectivités publiques en charge de la gestion des déchets puissent agir sur leur production en amont ;

Également, le prix du « pire objet emballé » (pire emballage ou suremballage) sera attribué chaque année. La première édition aura lieu en 2020.

L’estimation budgétaire de ce Grand défi est de 250 millions d’euros jusqu’en 2025. Jacques Gautier a d’ores et déjà appelé à un large tour de table financier pour que le contribuable ne soit pas le seul à payer in fine. Il assure toutefois que le Syctom en prendra une part significative.