Interreg H2-SHIPS

Le transport est identifié comme l’activité humaine principale responsable des émissions de gaz à effet de serre. L’utilisation de l’hydrogène, déjà étudiée et opérationnelle sur le transport terrestre pourrait donc constituer une alternative intéressante à développer pour le transport fluvial.

Dans cette optique, un consortium transnational a répondu à un Appel à Projet Européen dit INTERREG pour la décarbonation du transport fluvial (« Low Carbon Transport »). Ce projet H2SHIPS s’appuie sur trois opérations-pilotes en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Les 3 sites proposés sont complémentaires en terme d’usage.

Le Syctom a proposé de faire figurer dans le programme une étude spécifique sur la conversion possible à l’hydrogène de la motorisation des bateaux dédiés au fret de la future usine de Romainville/Bobigny. Cette contribution, plus proche de la stratégie énergétique et environnementale du Syctom, permet d’étudier la faisabilité du recours à l’hydrogène en améliorant la performance environnementale du transport des déchets par voie fluviale.

Le dossier déposé auprès du comité Interreg fin mai 2019 a été approuvé sous sa nouvelle forme le 2 juillet 2019. Le projet couvrira la période de janvier 2019 à juillet 2022.

Les partenaires

  • Leader du projet : l’institut EIFER (institut de recherche commun à EDF et L’université de Karlsruhe en Allemagne)
  • Les universités de Birmingham (Angleterre) et Delft (Pays-Bas)
  • Les ports d’Amsterdam, d’Ostende et de Paris
  • Pour la France, la nouvelle filiale Hynamics du groupe EDF et le Syctom.
  • En Belgique : l’association Hydrogen Europe qui regroupe une centaine d’industriels et 70 bureaux d’études et l’association Transport et Environnement
  • Aux Pays Bas : l’industriel Tata Steel Europe

Projet financé par l'Union européenne

En savoir plus

www.nweurope.eu/h2ships

Les newsletters