BURKINA FASO - Ouagadoudou

Projet de création d'un centre de production pour valoriser des déchets plastiques en mobilier scolaire à Ouagadougou (Burkina-Faso) porté par Nerkëta et subventionné à hauteur de 33 340 € par le Syctom.

Contexte

La ville de Ouagadougou (Burkina-Faso), comme dans de nombreux endroits en Afrique, est envahie par les plastiques, notamment par les sacs et sachets qui sont jetés et laissés à l’abandon. Les sachets plastiques, dispersés en tous lieux, sont révélateurs de l’absence de solutions adaptées pour la prévention ou la collecte des ordures. Cette pollution cause aussi des ravages par l’obstruction des caniveaux, provoquant des inondations, favorisant les eaux croupies et décime le cheptel d’animaux d’élevage qui les broutent.

Sensibles à cette situation préoccupante, des artistes et artisans, ont créé la coopérative Yamba-D et ont mis au point un procédé de recyclage de ces déchets en un matériau plastique qui vient en substitut du bois, dont la surexploitation est problématique au Burkina-Faso, et contribue à réduire dans les quartiers le fléau des sachets plastiques. Cette initiative est basée sur l’expérience d'artisans bronziers traditionnels, d’artistes français et burkinabé, depuis leurs premières réalisations communes en 2002.

Projet de valorisation des déchets plastiques en mobilier scolaire

Le projet Yamba-D-plastique, porté par Nerkêta, vise à créer un centre de production pour valoriser des déchets plastiques en mobilier scolaire à Ouagadougou (Burkina-Faso).

Les artistes et les artisans de la coopérative Yamba-D ont mis au point un procédé de recyclage de certains déchets plastiques les plus courants. L’atelier produit ainsi chaque mois, plus de 100 tables-bancs, répondant parfaitement aux besoins et exigences du marché. Compte tenu du développement du projet, Yamba D-plastique souhaite renforcer son activité par la création d’un centre de production à Ouagadougou.

Actions soutenues

Il s’agit ainsi de permettre :

  • la construction d’un atelier de recyclage des plastiques de plus grande capacité en périphérie de Ouagadougou ;
  • la collecte d’une tonne de déchets plastiques par jour ;
  • la formation professionnelle et production-vente de 4 000 tables par an ;
  • le renforcement juridique et étude de la réplication du procédé au bénéfice d’autres centres.

Avancement du projet

Projet en cours

Chiffres clés

  • 64 028

    coût total du projet

  • 33 340

    montant de la subvention du Syctom