4e Conférence Nationale des déchets ménagers

Date : 04/03/2021

De 8h à 13h à la Maison de la Chimie

28, rue Saint-Dominique, Paris 7e

Programmation

8h00 – 8h45 – Petit-déjeuner networking

8h45 – Accueil

Ludovic MENDES, député de la Moselle, président du groupe d’études déchets ménagers (sous réserve)

9h00 – Allocution

Barbara POMPILI, ministre de la transition écologique (sous réserve)

9h10 – Table ronde 1 : « La gestion des déchets : une activité essentielle »

Durant l’année écoulée, les collectivités territoriales ont dû faire face à deux crises majeures qui se sont succédées : une grève qui a paralysé certains territoires pendant plusieurs semaines et une partie de l’outil de traitement des déchets ménagers, puis la crise sanitaire du Covid19.

Ces événements ont mis en lumière le rôle joué par les femmes et les hommes en charge de la collecte des déchets, souvent applaudis, et mis en évidence le caractère essentiel de la chaîne de traitement, la résilience de ses acteurs. Ils ont aussi parfois révélé ses faiblesses et insuffisances.

Quelles conclusions tirer de ces crises ? Quels aménagements et nouveaux moyens mettre en œuvre ? La filière du traitement des déchets ménagers doit-elle être considérée comme activité essentielle et ses opérateurs d’importance vitale ? Quelles conséquences sur son fonctionnement, sa gouvernance et son financement ? Comment devra évoluer ce dernier ? Doit-il rester à la charge des collectivités ? Faut-il repenser la contribution des « metteurs en marché » à ce financement ?

TABLE RONDE EN COURS DE CONSTITUTION

10h10 Regards croisés : « Déchets ménagers : la solution est dans la ville »

Dominique ALBA, directrice générale de l’Atelier parisien d’urbanisme

Martial LORENZO, directeur général du Syctom

10h20 Table ronde 2 : « Gestion des déchets : démondialisation et retour en grâce de la proximité ? »

L’arrêt de l’importation de déchets par de nombreux pays dont la Chine, l’empreinte carbone de leur transport ainsi que la tendance à la relocalisation d’activités industrielles au plus près des lieux de consommation concurrent à un traitement des déchets à proximité de leurs lieux de production, donc des grands centres urbains.

Quelles conséquences pour les Collectivités Territoriales ? Les acteurs industriels de la valorisation des déchets ? Quel outil industriel ? Quelle acceptabilité par le public ? L’industrie du recyclage a-t-elle un avenir dans un contexte de crise économique et de recul des activités de production ?

TABLE RONDE EN COURS DE CONSTITUTION

11h20 – Présentation des résultats du 1er observatoire « Citoyenneté et déchets ménagers » Syctom-Viavoice

Au-delà de la volonté exprimée par un grand nombre de Français de tendre à la réduction des déchets, à « un monde plus sobre » et une « consommation plus responsable », les chiffres et la réalité du terrain présentent le visage d’une situation qui non seulement ne s’améliore pas mais semble se dégrader. Comment expliquer le fossé qui semble se creuser entre ces aspirations et la réalité des comportements au quotidien ? Le rapport des Français à la consommation et aux déchets a-t-il, en fin de compte, vraiment évolué ? Dans une société de plus en plus fragmentée, quels groupes sociaux cette évolution concerne-t-elle ? Les consommateurs sont-ils prêts à sacrifier certains comportements et certains achats ? Prêts à payer plus cher des produits éco-conçus ? Plus généralement quel est le niveau d’acceptabilité de nouvelles contraintes associées à une consommation plus sobre dans un contexte de crise et d’un sentiment d’abandon d’une part significative de la population ?

François MIQUET-MARTY, président de l’Institut ViaVoice

11h30 – Table-ronde 3 : « L’économie peut-elle (quand même…) tourner en réduisant sa production de déchets ? »

Eco-conception, économie circulaire, recyclage etc… quelles solutions pour réduire efficacement la production de déchets en préservant l’économie et la satisfaction des citoyens ? Quel rôle pour le politique ? Peut-on imaginer de transposer le système de taxation carbone aux déchets ? Quel en sera le prix pour le consommateur ? Comment rendre ce prix et les contraintes associées compatibles avec le fonctionnement d’une économie libérale et son corollaire, la démocratie ? Les libertés individuelles pourront-t-elle être préservée ? La finance verte peut-elle encourager le mouvement ? Le numérique peut-il contribuer à cette transformation ? Avec quelles solutions, à quelle échelle et dans quels délais ?

TABLE RONDE EN COURS DE CONSTITUTION

12h30 – Conclusion

Nadia HAI, ministre déléguée auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des relations avec les Collectivités Territoriales, chargée de la ville  (sous réserve)