Romainville/Bobigny

  • Transformation du centre

Transformation du centre à Romainville/Bobigny

Nouveau projet de centre de traitement de déchets à Romainville/Bobigny

Depuis 2015, le Syctom a engagé une réflexion sur l’avenir du site à Romainville/Bobigny, en lien étroit avec les acteurs du territoire. L’objectif est de projeter un nouveau centre à l’horizon 2023 pour remplacer cette installation déjà ancienne et répondre aux besoins de traitement des déchets dans le quart nord-est francilien mettant ainsi fin à la mise en décharge des déchets non dangereux non inertes.

Site internet dédié au projet

Descriptif

L’installation actuelle comprend un centre de tri de collecte sélective multimatériaux (dont la chaine de tri a été modernisée en 2015), un centre de transfert d’ordures ménagères résiduelles et une déchèterie.

Dans le cadre de la réflexion engagée pour la reconstruction de ce centre, le Syctom a saisi en décembre 2016 la Commission nationale du débat public (CNDP), qui par délibération en date du 4 janvier 2017, a décidé d’organiser une concertation préalable et a désigné Jacques Roudier comme garant de cette concertation.  

Le 21 décembre 2017, les élus du Comité syndical du Syctom ont délibéré sur les enseignements tirés de la concertation préalable et approuvé les caractéristiques du projet :

  • Le projet sera implanté sur les sites de Romainville (emprise du centre actuel et parcelle limitrophe dite ‘Intergoods’) et de Bobigny (terrain dit ‘Mora-le-Bronze’ en bordure du canal de l’Ourcq).
  • Le Syctom se fixe comme objectif d’assurer une intégration urbaine et architecturale exemplaire de la future installation dans ce quartier en pleine évolution (en particulier les ZAC de l’Horloge et ZAC Ecocité-Canal de l’Ourcq).
  • Le transport alternatif par voie d’eau permettra d’évacuer les produits et sous-produits issus du centre et le passage inférieur déjà construit sous l’ex-RN3 sera utilisé.
  • La capacité du centre de tri de collecte sélective multimatériaux sera étendue à 60 000 t/an afin de répondre à la progression de cette collecte sur les territoires et à l’extension des consignes de tri à l’ensemble des emballages plastiques.
  • Pour prendre en compte le développement des collectes séparatives de biodéchets sur les territoires, ceux-ci seront réceptionnés sur le site, préparés et transférés par voie d’eau vers un site externalisé de traitement ; une partie du gisement sera traité sur site sous forme de compost pour couvrir des besoins locaux.
  • La déchèterie sera maintenue et sera complétée par une ressourcerie (atelier de réparation des produits déposés par les habitants).
  • Pour les ordures ménagères résiduelles, la solution technique de séchage naturel permettant l’optimisation de la logistique urbaine a été retenue. Ainsi une meilleure utilisation des capacités de valorisation énergétique du Syctom sera possible, réduisant de ce fait le recours à la mise en décharge.

Enfin, en réponse aux fortes attentes du territoire et conformément à la décision de la CNDP du 6 décembre 2017, il a été décidé de poursuivre la démarche de participation et d’information du public jusqu’à l’ouverture de l’enquête publique.

Les grandes étapes

  • 1er trimestre 2018 : lancement du dispositif de poursuite de l’information et de la participation du public jusqu’à l’enquête publique
  • Avril 2018 : lancement d’une procédure de consultation
  • Avril 2018/fin 2019 : consultation et attribution d’un ou plusieurs marchés pour la réalisation de l’opération (en fonction de la procédure retenue)
  • 2020-2021 : études et procédures administratives (permis de construire, demande d’autorisation d’exploiter et enquête publique)
  • A partir de fin 2021 : conception et construction des différentes unités
  • A partir de 2025 : mise en service industrielle des différentes unités de la nouvelle installation

Chiffres clés

  • 60 000 t/an

    de collectes sélectives multimatériaux réceptionnées sur site

  • 30 à 40 000 t/an

    de biodéchets réceptionnés sur site

  • 15 à 20 000 t/an

    de flux réceptionnés à la déchèterie / ressourcerie

  • 250 à 350 000 t/an

    d’ordures ménagères résiduelles réceptionnées sur site